Contenu | Menu | Recherche

Ton jdr impitoyable

Shadows of Leningrad

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 48 pages à couverture souple. Age of Cthulhu Vol. III.

Description

La série des Age of Cthulhu met en scène, dans des scénarios, des événements historiques réels. Ici, les investigateurs sont invités en URSS à Leningrad pour l’enterrement de la peintre américaine Charlotte Geoffrey. Les circonstances de sa mort sont un peu obscures, son mari et sa fille cadette sont hospitalisés et l'ainée, danseuse, ne donne pas beaucoup de nouvelles. Les autorités soviétiques sont impatientes de régler la succession et de vendre éventuellement une partie des tableaux aux visiteurs américains.

Après une page d'ours et de sommaire, un introduction de 3 pages présente le contexte historique et le synopsis du scénario. Cette aventure commence par une scène introductive (4 pages) d'arrivée à Leningrad et d’enterrement. Puis l'aventure est découpée en six scènes de 4 à 6 pages.  Chacune correspond à l'un des lieux d'investigation du scénario. Ainsi, dans la première scène, les personnages visitent la maison Orkonov, résidence de l'artiste et de sa famille avec leur étrange majordome. Dans la seconde, ils visitent l’hôpital de la Révolution où ils rencontrent les membres de la famille internés ainsi que les médecins de ceux-ci.

La troisième scène couvre la visite au musé d’état dans lequel les étranges peintures de Charlotte causent de bien étranges problèmes. La quatrième scène prévoit un retour à la maison Orkonov pour une exploration plus fouillée, principalement de ses souterrains morbides. La cinquième scène se déroule au théâtre Mariinsky, où la fille ainée de Charlotte est danseuse mais aussi maitresse du directeur. Ce dernier a un intérêt tout particulier dans cette histoire de famille et de peinture. La scène finale se passe dans un temple reculé et glacé au milieu de la forêt russe.

L’appendice I (5 pages) contient les personnages pré-tirés pour cette aventure, le II (4 pages) les aides de jeux à donner aux joueurs et le III (3 pages) les plans des différents lieux.

Cette fiche a été rédigée le 5 juillet 2011.  Dernière mise à jour le 7 juillet 2011.

Critiques

Vermer  

J'ai entendu parlé de la gamme Age of Cthulhu par la critique dithyrambique du Docteur Critique sur Roliste TV. J'ai donc fait un peu de recherche sur cette série et Shadows of Leningrad semble être le meilleur des quatres premiers volumes. Je le récupère donc avec avidité, quelle déception ce fut...

Déjà le thème russe : c'est complétement raté, il n'y a rien ou presque de russe ou de soviétique dans ce scénario ou même dans ses descriptions à part les noms de famille. Ce scénario pourrait se passer à Baltimore cela serait exactement la même chose... Thème : 0/5

Originalité du scénario : et bien devinez quoi, la peintre a récupéré un vieux livre avec un savoir interdit qui la rends folle, elle et sa famille, alors que des cultistes essayaient de récupérer le livre pour invoquer le grand... zzz..... On a déjà lu cela des milliers de fois et il n'y aucune originalité dans cette histoire, vraiment aucune, ne cherchez pas. Originalité : 1/5

Développement du scénario : il y a deux problèmes, le premier est la faiblesse des enchainements et le second le traitement bourrin de l'histoire. Donc au niveau de la structure, c'est cousu de fils blancs comme des PNJS laissant des cartes derrière eux ou se révélant inutilement, ou encore des indices directifs trop en évidence dans des scènes. Donc, c'est maladroit d'une part mais en plus c'est bourrin comme traitement : des zombies au musée, des vampires, des yetis, brefs de la baston un peu partout. Bref, c'est du Cthulhu pour Thompsons et bâtons de dynamites. Développement : 1/5

Produit : ce qui est appréciable est l'aspect condensé du scénario, les prétirés inclus, les plans (un peu faibles toutefois) et les aides de jeu incluses. C'est donc du prêt à jouer, on peut lire cela en une heure et commencer la partie, c'est bien agréable. Cela fait un peu penser à un scénario de tournoi. Produit : 3/5.

Au final, malgré un format agréable, le contenu est vraiment décevant, bourrin et pas original pour un kopeck. Le thème russe est complètement raté (au passage la couverture n'a rien à voir avec le scénario) et c'est bien dommage. Ce qui est plus inquiétant c'est que ce scénario est censé être le meilleur de cette série ! Arg, je veux pas voir les autres...

Critique écrite en juillet 2011.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques