Contenu | Menu | Recherche

Fluctuat, nec mergitur

All Flesh Must Be Eaten

.

Références

  • Gamme : All Flesh Must Be Eaten
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : Eden Studios
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1999
  • EAN/ISBN : 1-891153-80-3
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre 18 x 23cm de 232 pages à couverture rigide.

Description

Après un avant-propos de Shane Lacy Hensley, le premier chapitre "The Dead Rise" (14 pages) se propose de plonger le lecteur dans l'ambiance des films de zombie en débutant par une nouvelle sanguinolente, avant de présenter le genre et le jeu. Le vif du sujet est atteint dans "Survivors" (66 pages). Ce chapitre important contient les règles et les explications nécessaires à la création de personnage. Il comprend du reste des listes de compétences, d'avantages, et de désavantages. Certains peuvent être surnaturels. Douze archétypes prêts à jouer sont fournis :
- des "norms", des gens normaux : détective, hacker, journaliste, scientifique, loueur de cassettes vidéo.
- des "survivors", des gens hors du commun : athlète, biker, pom-pom girl, agent de police, soldat.
- des "inspired", ayant un lien avec le surnaturel : gothique, prêtre.

"Shambling 101" (40 pages) contient le système de jeu avec ses différentes options (dés, cartes, sans dé...). Les règles pour gérer les combats, la peur, et les dégâts aux biens et aux personnes forment le coeur du chapitre, avec également de quoi gérer les soins, les poursuites motorisées et bien entendu les points d'expérience.

"Implements of Destruction" (22 pages) se devine au titre : c'est le chapitre de l'équipement. Armes en tout genre, véhicules, explosifs... rien n'est trop beau pour réduire les zombies en pulpe.

"Anatomy of a Zombie" (18 pages) présente le personnage principal du jeu : le zombie. Il est injuste de parler de zombie au singulier car ce chapitre propose précisément de pouvoir inventer ses propres zombies personnalisés à loisir : sont-ils rapides ou lents ? Ont-il été crées par vaudou ou par un accident chimique ? Contaminent-ils les victimes par leur morsure ? Toute une série d'options permet ainsi de créer des zombies en fonction de l'aventure ou de l'univers choisi.

"Worlds in Hell" (54 pages) propose plusieurs univers prêts à jouer mettant en scène des zombies de toute sorte.
- "Rise of the Walking Dead" est un classique du film de zombie. Des déchets nucléaires stockés n'importe comment entraînent le réveil des morts du cimetière d'une petite ville.
- "PHADE to Black" met en scène une épidémie virale mutante du SIDA, qui tue les gens, puis les transforme en zombies.
- Dans "Grave Impact", un astéroïde menaçant la terre est réduit en poussière par les missiles nucléaires de plusieurs nations. Cette poussière malheureusement contaminée par des pouvoirs maléfiques, atteint la terre et transforme les morts en monstres assoiffés de sang.
- "Sacred Soil" met en scène un nouvel engrais qui a des effets insoupçonnés sur les plantes. Celle-ci envahissent les corps des morts et en prennent le contrôle.
- "They came from beyond" propose une invasion d'extraterrestres implantant des sortes de parasites dans le corps des morts pour en prendre le contrôle et conquérir la terre.
- "Mein Zombie" revisite l'histoire du jour J, avec une résistance acharnée des contingents de soldats allemands zombifiés par Adolf Hitler, adepte des solutions occultes et radicales.
- "After the Bomb" se déroule après une guerre atomique entre les USA et la Chine. Certains survivants ont beaucoup de mal à mourir, tout cela à cause des radiations spéciales produites par les bombes chinoises.
- "Dead at 1000" se passe à la fin du premier millénaire, alors qu'un nécromancien prend le pouvoir à Paris et envahit la France sous sa horde de morts-vivants.
- "Until the Ending of the World" propose de mettre en scène la fin du monde. Malheureusement, à cause d'une erreur de traduction dans les textes, les hommes n'ont pas tout compris. Dans l'Apocalypse selon St Jean, les morts ne se relèvent pas pour être jugés. Ils se relèvent pour faire justice eux-mêmes.
- "Dawn of the Zombie Lords" se déroule un siècle après une invasion de morts-vivants. Des gens ayant des pouvoirs vaudous ont fait leur apparition et peuvent contrôler les monstres. Selon les personnes, cela peut être bénéfique ou bien terrible.
- Dans "Rebirth into Death", les Chrétiens avaient tort. Ce sont les bouddhistes qui avaient raison, avec le système de cycle de réincarnations. Le seul problème, c'est qu'il est cassé et que les morts ne meurent plus vraiment. En plus, les dieux sont occupés ailleurs, et personne n'est capable de le réparer.

Chaque chapitre débute par une courte nouvelle d'ambiance. La fin du livre rassemble une bibliographie (comics, livres, et surtout films), un glossaire, des tables pour la création de personnage (résumé du processus, liste des compétences, liste des avantages et défauts), liste des pouvoirs des zombies, un index, deux fiches de personnage (avec ou sans pouvoirs spéciaux) et une feuille pour tenir le compte des munitions.

Le livre de base a connu deux impressions, la seconde corrigeant des bugs et typographies de la première.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 25 août 2013.

Critiques

Munin  

A première vue, un jeu sur les zombies, ca ne m'inspirait que très moyennement. Des zombies, on en trouve dans tous les jeux, pas besoin d'acheter ce jeu, me disais-je.

En fait, joué comme j'ai eu la chance d'y jouer, en "one-shot" et sans connaitre le jeu pour lequel je créais un personnage, c'est très amusant. On retrouve l'ambiance des films de zombie, ou des jeux videos comme "Resident Evil".

Les règles sont simples, fluides, et on ne pense qu'à une chose, échapper à ces créatures qui surgissent de partout pour dévorer les vivants.

En s'inspirant de "Je suis une légende" de Richard Matheson (un livre dans lequel le narrateur est le seul humain normal dans un monde de vampires), on doit même pouvoir y jouer en campagne, mais je pense que le jeu est plus intéressant en "one-shot". A découvrir.

Coredump  

Ce jeu, de façon surprenante, est excellent pour faire des scénarios "one-shot". Vous vous êtes déjà retrouvé dans la situation où il manque un joueur pour votre campagne, et vous êtes bloqués sans rien à faire jouer ? Et bien voilà la solution. Petit, avec un système extrèmement simple, outre le fait d'être bien écrit, il a la particularité d'être extrèmement adaptable.

Bien sûr, le thème général c'est les zombies (qui d'une façon ou d'une autre vont essayer d'envahir le village / la ville / le monde). Mais il y a zombie et zombie. Le système de création de zombie permet de les customiser pour les adapter à votre histoire. Sont-ils le produit de radiations ? D'incantations vaudous ? De produits chimiques ? Tout est permis, afin de varier à l'infini sur le thème.

Même les personnages sont customisables, incluant ou non l'aspect surnaturel. Bref, ce jeu est léger, fun, et simple. De quoi faire de très bonnes parties "one-shot", ou même de courtes campagnes.

Olive  

Un excellent jeu d'ambiance, facile à mettre en pratique et basé sur un système de dés rapide et efficace. Tout est facilement adaptable à différents styles et différentes époques de jeu. Un côté Cthulhu avec l'humour en plus.

Le Révérend  

Grand fan des films de morts-vivants, c'est avec une certaine impatience que je me suis jeté sur AFMBE ! Et l'attente ne fut pas vaine ! A la lecture du bouquin, on sent bien que les auteurs, eux aussi, sont des fans purs et durs du genre.

Le système de jeu, s'il est classique (et même parfois un brin daté... ça faisait longtemps que je n'avais plus entendu parler de points de vie dans un JdR récent) est efficace et assez simple à utiliser. Ceci dit, la création de persos traîne un peu trop à mon goût. Mon conseil, proposez des pré-tirés aux joueurs, c'est plus parlant, ça va plus vite, et vous serez assurés que les persos correspondront à votre campagne !

De plus, AFBME vous offre de nombreux settings de jeu, allant du classique au novateur (sans jamais être franchement original, il faut bien le dire). Mais bon, vous connaissez beaucoup de jeux où on vous file les statistiques d'une vache-zombie, vous ?

Mais le bonheur suprême réside dans le système de création de nos amis les zombies. Car non seulement ce système est simple à utiliser (il suffit de combiner les options), mais en plus il permet de créer des zombies qui risquent de surprendre plus d'un PJ ("Aha, je vise la tête ! *BLAM* Tiens, ça lui fait rien... Oups !").

Bref, AFBME est un jeu qui tient la route, sans jamais trop se prendre au sérieux (à l'inverse de certains de ses concurrents...). Que du bonheur ! ...et des cerveaux aussi !

agent  

Un peu cher mais très bien présenté, sous une couverture en dur. Le système de règles est simple et fonctionnel. Le contexte ravira tous les fans de films de série B type "la nuit des morts vivants". Toutes les histoires sont possibles à mettre en scène. Bref un travail au top comme on n'en voit pas si souvent. Il est enthousiasmant de savoir que la maison d'edition s'occupera du jdr Buffy, avec le même système de jeu et probablement une très belle presentation. Je suis d'accord avec le scénario surprise d'un soir, mais aussi avec une campagne bien menée dans le genre de Baron Samedi pour INS/MV ou d'Insmouth pour Cthulhu. Après tout, même si le thème est ciblé, ce jeu est suffisamment bon pour s'utiliser dans la durée. Avec quelques ajouts perso on peut meme en faire un jeu d'horreur polyvalent (Freddy, Jason, Halloween...).

Léo  

Pourquoi être si méchant alors que les autres chantent les louanges de ce jeu ?

1. L'Unisystem : je ne peux pas dire que ce système soit mauvais mais ce serait mentir de dire qu'il est bon. Il est juste classique. Et je pense que, s'agissant d'un système qui s'étend à toute une gamme de jeu, le minimum serait qu'il soit de qualité.

2. La focalisation sur les zombies : d'habitude les jeux se focalisent sur un univers, ici c'est une multitude d'univers regroupés autour d'un thème. C'est vrai, c'est original. Mais quand les étudiants en médecine montrent leur cul par la fenêtre du car, c'est original aussi. Pourtant on se lasse. Surtout que le thème lui-même (lutte contre les zombies) est vachement limité.

3. L'orientation one-shot : ce jeu est destiné au one-shot. Pas de bol : Les one-shots ça me plaît que très moyennement. Je l'ai acheté en connaissance de cause pourtant, et je ne le regrette pas. Seulement, je crois que les joueurs doivent s'investir dans un jeu de rôle. Sinon ils n'y croient pas. L'ambiance n'y est pas. Qu'est-ce que ça peut faire que votre personnage soit dévoré par des zombies puisque vous ne le rejouerez jamais ?

Je ne sais plus qui, dans sa critique, avait balayé l'argument qui opposait que les zombies se rencontrent dans tout jeu. Moi, je le trouve très perspicace cet argument. Ce n'est pas très difficile de créer un zombie, même un zombie original, dans votre jeu habituel. Et puis l'effet de surprise sera là. Certes, il peut l'être aussi si vous cachez votre exemplaire de AFMBE, que vous mentez à vos joueurs en les assommant d'explications "abracadabrantesques" (dixit le Président de la République) et que vous passez trois heures à faire leurs personnages avant la partie (puisque les fiches d'archétypes font référence aux zombies). Mais ça fait cher la blague !

Un jeu excellent pour l'initiation, ceci dit, puisque le concept est simple et les parties courtes.

Enfin, je critique mais si ça se trouve j'achèterai Terra Primate... C'est mauvais comme la galle un babouin, j'ai vu un reportage à vomir ce midi...

dabiglulu  

J'adore ce jeu, c'est vrai que je n'y joue pas tous les quatre matins mais franchement pour une partie de temps en temps avec des joueurs occasionnels et pour ceux qui n'ont pas le temps de s'occuper d'une campagne ce jeu est idéal, à condition d'aimer les zombies cela va de soi.

Après ce que je trouve très drôle c'est qu'une fois que les joueurs savent qu'on va jouer à ce jeu c'est d'essayer de déplacer le moment où la vie des personnages va tomber dans l'horreur, jouer avec les attentes d'un genre comme celui des zombies et celles des joueurs c'est très savoureux. En plus je reviens sur un argument que j'ai lancé plus haut: on peux faire des mini campagnes en laissant croire aux joueurs qu'ils ont résolu l'affaire...mais on sait tous qu'il reste toujours un abruti qui se sera fait mordre et qui le cachera aux autres.

Bon c'est vrai que le système n'a rien d'original mais franchement n'oublions pas que c'est à un jeu de zombies que l'on joue, s'il y a bien un genre qui a été (sur)traité c'est bien celui là.

Encore que le jeu propose des scénarios à diverses époques et avec des zombies très différents : façon de les tuer, façon de propager la maladie, mode de pensée d'un zombi, force variable... croyez moi lancez un scénar avec un seul zombi mais faites-en un gros bill qui poursuit les joueurs dans un bunker dont ils ne peuvent sortir....

En bref je dirais que s'il ne devait y avoir qu'un jeu de zombies ce serait celui-là tout simplement parceque c'est le jeu qui colle le plus à l'idée du zombi que l'on peut voir dans brain dead, les films de Romero, Premutos, Undead, Shawn of the Dead... On ne regarde ces films que pour passer un moment entre potes, grâce à ce jeu on peut revivre ces moments et pour moi ça vaut tous les autres jeux sur les zombies.

 

Qui n'a jamais vu un film de zombies ? Un film où les héros, acculés par une horde de morts-vivants affamés de chair fraîche se défendent avec la fureur du désespoir... un film où la civilisation a été anéantie par une invasion venue de nos cimetières... un film où le héros hésite à tirer sur le zombie, ou à garder la dernière balle pour lui-même. N'avez-vous jamais frémi en voyant les chicots jaunis de Bob le zombie se refermer sur la main de la blonde hurlante, sachant que cette dernière ne tarderait pas à se relever avec un teint cadavérique en essayant à son tour de croquer le premier vivant qui passe ?

C'est précisément le créneau de All Flesh Must Be Eaten (littéralement ça donne : Toute Chair Doit Être Mangée), un jeu générique permettant de jouer dans la thématique des zombies. Horreur, gore, survie... tels sont les thèmes récurrents que vous trouverez dans ce pur rejeton des films de série B (souvent Z) évoqués précédemment. La Nuit des Morts-Vivants, L'Aube des Morts-Vivants, Le Retour des Morts-Vivants, Zombie, etc. : autant de sources d'inspirations qui sont exploitées dans AFMBE.

Le jeu utilise l'Unisystem commun à plusieurs parutions d'Eden Studio dont WitchCraft (SorCellerie en français, chez 7ème Cercle). Rapide et simple, il se laisse apprendre rapidement. Les personnages peuvent appartenir à trois catégories : les "norms", des gens comme vous et moi ; les "survivors", des personnes au-dessus de la moyenne ; et les "inspired" ayant des affinités avec l'occulte et seulement si vous décidez d'introduire du surnaturel dans votre jeu. Le reste est classique : caractéristiques, compétences, avantages/défauts.

Côté background, c'est là que AFMBE crée la surprise : on n'a pas moins de 11 toiles de fond différentes. Chacune est décrite sur 4 à 6 pages, ce qui reste sommaire, mais présente autant de possibilités de jeu : les morts sortent du cimetière à cause d'une pollution chimique, un virus réveille les cadavres, un parasite extra-terrestre occupe les corps humains, un sorcier vaudou les fait sortir de terre, etc. Une longue section explique comment personnaliser ses zombies (sont-ils rapides ? Comment se transmet l'infection ? Ont-ils des capacités spéciales ?) et chaque background exploite un type de zombie différent.

Pour ce qui est du matériel, rien à redire. Le livre à couverture rigide en A5 est solide, les illustrations sont évocatrices et de bonne qualité, la mise en page est bonne, et de petites attentions des auteurs viennent combler notre bonheur : bibliographie et filmographie, index, résumé des tables de jeu, fiches de personnages et fiches de munition pour compter ses balles. Un seul point noir : le prix. Pour 220 pages en A5, on paie $30, ce qui n'est pas donné loin de là. Pour le même prix, on peut trouver d'autres jeux de 350 pages en A4.

Le jeu est très adapté à des parties ponctuelles, avec des joueurs débutants ou confirmés. Le contexte est rapidement assimilable par tous et les règles sont à l'avenant. Il est possible de faire varier le monde selon vos joueurs. Autant une partie classique genre "les morts se lèvent du cimetière" sera bien adaptée à des débutants, autant vous pourrez vous permettre des fantaisies avec des joueurs plus habitués et faire jouer au Moyen-Âge avec un zeste de sorcellerie, ou dans un monde post-apocalyptique ravagé par les morts-vivants. Le jeu est donc idéal pour des parties d'un soir, histoire de se changer du train-train, mais se prête beaucoup moins aux campagnes. Mon conseil : faites une partie surprise à vos joueurs. Dissimulez le livre de jeu dans un classeur ou une pochette, faites leur tirer des personnages sur du papier blanc, et créez la surprise ! Le basculement du quotidien dans l'horreur peut être très sympathique à jouer.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques