Contenu | Menu | Recherche

Dans un verre, 2 cuillère à soupe de sucre, 1 mesure de rhum, eau bouillante, tranche de citron

Planes of Conflict

.

Références

  • Gamme : AD&D - Planescape
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de contexte
  • Editeur : T.S.R.
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1995
  • EAN/ISBN : 0-7869-0309-0
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Boîte contenant 3 livrets couleur de 32 pages et 2 livrets couleur de 64 pages format 21,3x27,5 cm, 6 cartes format 80x53 cm en couleurs d'un côté et noir & blanc de l'autre.

Description

Cette boîte contient la description des Plans Extérieurs à mi-chemin entre la Loi et le Chaos : les Terres des Bêtes, la Bytopie, les Carcères, les Elysées, la Géhenne et la Gaste Grise.

"A Player's Guide to the Conflict" : un livret de 32 pages à destination du meneur de jeu et des joueurs. On y présente les principes communs aux créatures du Conflit et les moyens d'atteindre ces Plans, puis chaque plan sur 4 pages, dont une illustration pleine page. A chaque fois quelques endroits notables sont brièvement décrits : la Guilde Verdoyante, la Cour de Lumière et l'Essor du Seigneur des Hiboux pour les Terres des Bêtes, l'Arche de Pierre et l'Arbre Voyageur sur la Bytopie, Fetaphon et la Maison des Potences pour les Carcères, les Gardiens et Portico sur les Elysées, Fo Ling Po et la Fissure d'Hulgis dans la Géhenne, les Aimants de la Misère et la Ville au Centre sur la Gaste Grise.

"Liber Benevolentiae" : 64 pages pour décrire les Plans plutôt du côté du Bien, sur le plan habituel : conditions physiques et magiques, les habitants, les niveaux. De même, "Liber Malevolentiae" dispose de 64 pages pour décrire les Plans plus maléfiques.

Les Terres des Bêtes constituent l'idéal de la Nature Sauvage et indomptée. Seuls des azimutés y viendraient pour chasser... d'autant plus que les visiteurs acquièrent des traits animaux lors de leur visite ! Ce Plan possède trois niveaux, le premier sous un soleil battant, le second toujours au crépuscule et le dernier sous une nuit perpétuelle, et est le Plan préféré des Signeurs.

La Bytopie serait plutôt l'idéal des paysans et artisans médiévaux : de bonnes terres, qui ne sont pas encore toutes cultivées, et le travail est la plus grande valeur. Les deux niveaux de ce Plan se font face, et sont reliés par des piliers gigantesques. La plupart des Puissances gnomes ont des royaumes ici, la majorité des habitants sont également des gnomes.

Les Elysées symbolisent le Bien, tempéré des idéaux de la Loi et du Chaos : pour se rendre quelque part, il faut accomplir des actes bons et désintéressés, et nul mauvais climat ne peut s'y trouver. Les Puissances des arts, de l'amour ou du bien s'y trouvent, mais ce sont les puissants Gardinals qui symbolisent ce Plan, où les Chiffronniers ont leur quartier général.

Les Carcères sont des prisons éternelles, qui renferment des créatures plus aigries les unes que les autres, où la colère reigne. Les Titans sont les plus connus, mais ce sont les gehreleths qui sont considérés comme la race représentative du Plan. Chaque niveau est une file de sphères flottant dans le vide avec des climats tous différents, et la Ligue Révolutionnaire maintient une forteresse précaire en ces lieux.

Les quatre niveaux de la Géhenne sont des volcans énormes, l'un sur l'autre, pour le Plan le plus hostile et inhospitalier qui soit, sans aucune pitié à trouver. Les habitants sont des rejetés des Plans, pour leur malévolence, à l'instar des yugoloths ou des suivants de Loviatar, la Déesse de la Souffrance, et ne voient que leur profit personnel. Mais ils sont assez puissants pour justifier leur attitude...

La Gaste Grise personnifie le Mal ultime, par la perte de tout espoir et de toute vitalité de ceux qui la visitent. Lieu sans aucune couleur, terrain de la Guerre Sanglante, royaume de la plupart des Puissances de la Mort et de l'Oubli... Les principaux habitants sont les larves qui grouillent sans possibilité de rédemption, les hordes de créatures difformes et les guenaudes noires.

"Adventures in Conflict", un livret de 32 pages, contient 4 aventures : un voyage vers le royaume des morts pour des aventuriers de bas niveau, une autre sur la Bytopie et une évasion des Carcères pour moyens niveaux, et la dernière sur les Terres des Bêtes, sur le mystérieux Plateau Interdit, pour hauts niveaux.

"Monstrous Supplement" : une quinzaine de créatures sont décrites dans ce livret : aeserpent, asura, buraq, delphon, diakk, ethyk, gautiere, linqua, ni'iath, phiuhl, quesar, slasrath, vaath, warden beast et baernaloth (yugoloth).

Les 6 cartes représentent chacune un Plan en couleurs, avec les différents niveaux et sites intéressants. Des informations intéressantes pour le MJ sont indiquées au dos : un plan du palais de Sung Chiang pour la Géhenne, une présentation des différentes sectes hors de Sigil, un plan de Khin-Oin, la forteresse des yugoloths, une description des différentes sortes de yugoloths, un plan de la Cité de l'Etoile dans les Elysées, et un index de tous les royaumes et villes des Plans Extérieurs.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 3 mars 2010.

Critiques

JyP  

Comparée aux autres boîtes "Planes of ...", celle-ci décrit 6 Plans au lieu de 5. Cela impacte surtout la partie aventures, car on se retrouve en tout et pour tout avec 4 scenarii, au lieu de 3 par Plan.

Mais ces Plans peuvent se révéler assez extrêmes pour que leur description suffise à imaginer une aventure en soi : sortir des Carcères ou de la Géhenne n'est pas à la portée des béjaunes ! Là encore, les Monstrous Compendiums sont indispensables, car décrivant les habitants majeurs de ces Plans.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques