Contenu | Menu | Recherche

Ton jdr impitoyable

Dungeonslayers

Références

Auteurs

Format de diffusion

Nombreux fichiers pdf :

Le livre de base en français fait 24 pages et 1,32 Mo.

Description

Dungeonslayers est un jeu de rôle amateur en provenance d'Allemagne disponible maintenant (février 2010) en français - traduction de James 'Arasmo' Manez. Il propose un système de jeu assez simplifié et ne cache pas son orientation Porte-Monstre-Trésor. Néanmoins le système permet aussi d'aller au-delà de ce type de partie oldschool. Il est possible aussi de l'adapter à l'univers de son choix.

On y trouve de base :

  • 3 races : humains, nains, elfes
  • 5 classes : guerrier, éclaireur, mage noir, guérisseur, sorcier

La création de personnage ne prends que quelques minutes en répartissant un capital point sur 3 attributs principaux (corps, agilité, esprit) et 6 capacités dérivées des attributs (force et robustesse, réflexes et dextérité, raison et aura). Puis on détermine les valeurs de combat (corps à corps, à distance, défense, esquive) et de magie (sort de contact, à distance) pour compléter son personnage. Lors de l'évolution du personnage, il lui sera possible d'augmenter ses capacités, ses points de vie, mais aussi de lui adjoindre des talents, parmi une trentaine disponibles dans les règles de base, permettant ainsi une certaine personnalisation.

Les mécanismes, simples, sont tous fondés sur des tests avec des dés à 20 faces. Mais c'est le seul point commun avec le système utilisant le même dé d'un éditeur bien connu. Un 1 naturel vaut pour une réussite critique et un 20 naturel pour un échec critique.

Les actions importantes peuvent être résolues par un jet de d20 sous la valeur de test. Celle-ci est obtenue en additionnant un attribut, une capacité, un degré de difficulté et éventuellement un bonus dû à un talent que possèderait le personnage.

Les combats et les attaques magiques suivent le même principe : après la phase d'initiative, un attaquant peut toucher son adversaire si son jet de d20 est inférieur à sa valeur de combat modifiée par ses talents et ses armes. Ce jet indique en cas de touche le nombre de dégâts que le défenseur recevra. Pour réduire ces dégâts, le défenseur lance lui aussi un jet de d20 et si le résultat est inférieur à sa défense alors il retranche le résultat du jet des dégâts reçus.

La magie est basée sur un choix de sorts connus en fonction du niveau du lanceur de sort. Le niveau des sorts connus ne devant pas dépasser le niveau du lanceur de sort, celui-ci a le choix de composer son grimoire parmi la quarantaine de sorts qui lui sont accessibles (en tout, de base, il y a une cinquantaine de sortilège dans le jeu). La résolution des sorts se déroule sur le même principe que les combats.

Voilà résumé en quelques lignes les 24 pages que comportent les règles de base de Dungeonslayers et qui en font un jeu rapide et aux mécanismes facilement assimilables même pour les plus jeunes joueurs.

Certes, le système fait l'impasse sur certaines règles communément gérées dans beaucoup de jeux de rôle mais il est facile d'en ajouter d'autres. Par ailleurs, il existe un grand nombre d'extensions (principalement en anglais et en allemand) qui viennent compléter les règles de base. On y trouve un système de combat amélioré, un système de magie alternatif et de nouveaux sorts, des armes à feu, des potions, des monstres, etc. Un compendium est également en préparation, et diverses extensions devraient être traduites en français.

De nombreux scénarii (en anglais et en allemand) sont disponibles qui tiennent sur une page et qui rappellent fichtrement les catacombes qu'arpentaient nos aventuriers des boîtes rouges et marrons.

Cette fiche a été rédigée le 11 février 2010.  Dernière mise à jour le 22 mars 2012.

Mots des auteurs

Aucun mot de l'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Commentaires

Aucun commentaire sur ce jeu pour le moment.