Brancalonia : Noël au tison, canailles au balcon

Après la vague de créations suédoises, verrions nous un élan de créations italiennes sur le marché francophone ? Voilà en tout cas ce qui semble se profiler à l’horizon au vu des futures productions de Mana Project Studios ou d’Acheron Games, et des annonces de traductions qui suivront celles d’Historia, ou de notre jeu du mois : Brancalonia !

Brancalonia, c’est un mélange de fantasy, western spaghetti, humour irrévérencieux, et d'héroïsme de bas fonds. Un alliage délicat qui arrive à doser des tonalités qui paraissent de prime abord s’opposer, l’une sombre et brutale, et l’autre légère et drôle ; l’une merveilleuse et magique, et l’autre terriblement terre à terre. Mais c’est justement dans les contextes plus sombres que l’humour et le cynisme sont les armes les plus précieuses, et c’est dans le décalage engendré par ce contraste que cet humour salvateur naît le plus naturellement du monde. En cela, Brancalonia a bien saisi l’état d’esprit de son matériau de base pour le rendre compatible à la licence de D&D5.

Car oui, il s’agit d’un contexte adapté à la 5è. Comme la 3.5 a vu naître en son temps une foultitude de cadres de jeu estampillés d20, la 5è apporte aujourd’hui son lot d’adaptations de licences préexistantes, ou, comme pour Brancalonia, le développement de nouvelles créations que s’y prêtent plus ou moins bien. Et dans le cas qui nous intéresse, c’est assurément un plus.

Un plus car les Italiens de Acheron Games ont pu se libérer du Dungeonverse pour poser sa fantasy spaghetti. Ici, la magie oscille entre le merveilleux quand les fées toutes puissantes semblent n’avoir aucune limites dans son usage, et le commun quand une marionnette vivante dépitée peut se retrouver avec une armure animée trop bavarde à nettoyer la merde dans des écuries.
Ici se reposer est d’autant plus précieux que l’on en a davantage besoin pour se remettre de ses aventures, se faire oublier, et claquer sa part du butin.
La course aux pouvoirs et aux xp n’a plus la même valeur quand vous êtes limité au niveau 6 et où la prime mise sur votre tête peutr à tout moment vous rappeler à la mémoire d’une garde royale chafouine.
Et quand la garde arrive, l’on est heureux de ne pas être que de dangereux marginaux isolés, mais d’être intégrés dans des bandes de marginaux dangereux mais utiles, tout juste tolérés par un royaume divisé.
On n’est pas là pour se tailler un empire, mais l’on vit dans l’espoir d’un jour avoir un pactole assez important pour se tailler une petite retraite paisible loin des guerres et des coups fourrés.
Mais peut-on seulement y échapper quand on a vécu tant d’années grâce à eux ?

Brancalonia offre bien des outils pour rendre l’ambiance des récits picaresques sur nos tables de D&D5 : équipement de mauvaise qualité, objet magiques foireux, magie limitée, gestion des primes sur les têtes des personnages, bringues aux conséquences inattendues, rixes conviviales, gestion de bande et de son repaire… Il fait gagner en richesse les niveaux les plus intéressants de D&D5, les 6 premiers, ceux où l'on se construit, ceux ou l'on en bave tout en restant dans une certaine légèreté !

L’ambiance de Brancalonia est aussi bien sûr servie par d’excellentes illustrations. À l’heure où le débat sur les intelligences artificielles dans l’illustration bat son plein, ces illustrations traditionnelles rappellent que le travail des illustrateurs ne consiste pas juste qu’à faire de jolies images, mais aussi de composer des scénettes inspirantes, évocatrices. L'illustration doit raconter des histoires, et celles de Brancalonia ont un certaine gouaille. Rien qu’à regarder les couvertures du Macaronicon, n’avez-vous pas déjà un scénario qui émerge ? Et quand ce guerrier s’apprête à défier un pizzaiolo avec un ananas à la main, non plus ?

Et l’écriture n’est pas en reste. Brancalonia offre un univers coloré, original, où les références à la culture populaire, politique, ou traditionnelle sont légion. On se les y approprie de manière croustillante pour notre plus grand plaisir. Et l’on peut saluer au passage l’équipe de traduction d’Agate qui a su adapter les références au public francophone, et apporter sa propre contribution à cet univers.

Les matelots qui ont parcouru ses pages ont déjà hâte de parcourir l’État-Lie et ils vous encouragent ce mois à les y rejoindre.

Joyeux anniversaire !

...gagnent un niveau !

Le Grog d'Or


Après avoir élu un premier Grog d'Or pour fêter le premier anniversaire du site, l'équipage a décidé que cette décoration serait annuelle. Tous les ans, au mois de mai, les matelots discutent de leur(s) choix sur la liste de diffu...

Filtrer les vignettes en page de garde...

(Si aucune annonce du type souhaité n'existe, l'affichage sera celui par défaut)

Soutenez le Grog

Vous appréciez le Grog ?
Donnez un peu de votre temps
Donnez un peu d'argent

Faites découvrir le jdr

Faites découvrir le jeu de rôle grâce à l'excellente plaquette de la FFJdR. Il suffit de la télécharger...