Contenu | Menu | Recherche

Le bon, la brute et le meneur de jeu

Rushmore

.

Références

  • Gamme : Rushmore
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : Mister Frankenstein
  • Langue : français
  • Date de publication : juin 2015
  • EAN/ISBN : Pas d'ISBN ou non saisi
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livret de 52 pages à couverture souple au format 15 x 21 cm.

Description

Le livre de Rushmore s'ouvre sur une page regroupant titre, crédits et sommaire, suivie de Présentation (2 pages) qui expose l'optique du jeu, le contenu du livret et ses inspirations et de Gestion (2 pages) expliquant quelques remarques importantes sur les personnages et la façon d'appréhender ce Shooter.

La première partie, Contexte, décrit ensuite en détail le cadre du jeu. Cet exposé commence par la présentation de la famille Rushmore, son quotidien en deux pages puis une page pour chacun de ses cinq membres (en comptant Fœtus), chaque PJ étant décrit avec ses mots-clés, un tic, un vice (un travers) et une vertu (une capacité spéciale). Leur maison est ensuite dévoilée sur quatre page, avec pour chaque pièce une liste d'objets intéressants, plus ou moins normaux, que l'on peut y trouver et une accroche que le MJ pourra développer sur l'un des objets. La petite ville de Désolation est le sujet des neuf pages suivantes avec sept de ses habitants, personnages récurrents dans la vie des Rushmore décrits par leurs mots-clés et quelques anecdotes sur leur passé et leurs projets, et huit endroits importants de la ville, avec leurs occupants notables. Dernières Volontés (5 pages) détaille les post-it laissées par la défunte matriarche, quelques petites choses qui peuvent tourner mal et quelques intrigues personnelles qui peuvent motiver certains des membres de la famille. Enfin Révélation (4 pages) dévoile pour le MJ les dessous de l'histoire et l'issue probable de la campagne.

La deuxième partie, Règles, s'attache comme son nom l'indique au système de résolution. Explications (12 pages) présente les fiches de personnages sur deux pages pour chacun des quatre PJ et explique leur contenu. Résolution (2 pages) expose la base des jets de dés utilisés par le système et Confrontation (3 pages) leur application pour les combats. Enfin Evolution (1 page) explique comment faire progresser un personnage au fil de l'histoire.

Cette fiche a été rédigée le 22 juin 2015.  Dernière mise à jour le 7 juillet 2015.

Critiques

zuzul  

Les jeux de Yno sont souvent des ovnis dans le paysage roliste, sorte d'apnée dans un univers halluciné et malsain. Rushmore ne déroge pas à la règle : une ambiance qui sent bon le trou paumé dans le texas, des personnages hauts en couleurs et un décor qui inspire, aidé par de multiples pistes de mise en scène. 

Niveau format, c'est totalement maîtrisé : la mise en page est très agréable (j'ai acheté la version pdf, et j'ai dévoré Rushmore en lecture sur mon téléphone), l'ajout d'un lien vers la playlist est un plus non négligeable, que l'auteur a déjà pratiqué sur Américana et qui aide grandement à la mise en abyme.

Le format nommé "shooter" est parfaitement adapté : à mi-chemin entre le setting et la campagne, il offre toutes les pistes pour construire des scénarios, qui guide le MJ sans pour autant lui imposer un cadre trop rigide. Le fait que le grand secret du jeu soit présent est très appréciable. 

Rushmore, c'est une plongée au sein d'un univers étrange, dans une ambiance qui rappelle les vieux slashers et road movies. C'est du white trash dans le sud du texas, dans une ville perdue nommée désolation, avec des personnages jouables exigeants mais suffisamment typés pour que les joueurs aient des repères. Les PNjs possèdent tous un surnom qui permettra d'aisément les identifier, et les multiples pistes pour les mettre en scène donneront toute la latitude au MJ pour s'approprier ce décor et le faire vivre. 

C'est, comme souvent avec les jeux d'Yno, réservé à un public mature et qui aime évoluer dans des univers sombres mais colorés. Il demandera du travail de la part du MJ et d'avoir des joueurs prêt à le suivre dans un tel trip, mais certaines scènes et le final proposé ont le potentiel d'entrer dans les annales des grandes parties de votre table.

Un excellent cru d'Yno.

Critique écrite en janvier 2016.

Le Loup Qui Rôde  

Rushmore est un petit livre bourré de qualités ! 

Soyons bref, j'ai aimé :

+ Le pitch: très original, cinglé, cinématographique, bref, excellent.

+ Les personnages: sales, glauques, idiots, violents. On est en plein dans l'Amérique des rednecks, volontiers racistes et blindés d'armes à feu. Bien sûr, ces personnages fonctionneront mieux avec une équipe qui apprécie le 2nd degré et qui sait prendre de la distance avec ses personnages.

+ Les règles sont bien conçues et faciles à prendre en main. R.A.S.

+ La mise en page, les conseils musique (toujours bons à prendre) et le prix.

Mais je regrette:

- Une trop grande liberté pour les MJ pour concevoir les scénarios avec les maigres indices laissés ça et là. J'aurais préféré une suite de synopsis détaillés pour me guider dans la conception des scénarios. Malgré un pitch très alléchant, je sais que Rushmore me demandera beaucoup de travail pour exploiter les PNJ, les indices et le déroulement "normal" de la campagne.

En conclusion, si vous voulez changer radicalement d'ambiance le temps d'une petite campagne, et que bosser un peu ne vous fait pas peur, foncez sur Rushmore, car il vaut largement le détour (même pour une simple lecture).

Critique écrite en juin 2016.

Damalsca  

J'ai découvert ce shooter en tant que joueuse dans une association et malheureusement je suis longtemps restée frustrée de ne pas connaître le fin mot de l'histoire. Parce qu'on rigole bien dans ce jeu, mais il n'empêche... A quoi servent ces post-its?
Bien entendu pour le savoir, il faudra lire autre chose que cette critique.

Naturellement quand quelques années plus tard je suis passée de l'autre côté de l'écran j'ai sauté sur l'occasion de lire ce jeu. Les jeux d'Yno ont des prix attractifs, on a donc la sensation de prendre moins de risques qu'avec d'autres jeux. D'autant qu'un seul livre suffit.

Rushmore est le troisième jeu que j'ai maîtrisé. Les deux premiers étant issus d'une boîte d'initiation trouvable en grande surface. Et pour le coup je n'ai pas été perdue. Bien contente de retrouver tous les personnages hauts en couleur (PJ et PNJ), et de lire tout le dénouement. Mes joueurs et moi-même avons passé plusieurs séances sur ce jeu et ce fut du pur bonheur ! Au point que Noël arrivant entre deux parties, il m'a été réclamé un épisode Noël chez les Rushmore. Ce fut un vrai deuil à la table lorsque nous avons terminé de jouer Rushmore.

Les points forts de ce shooter:

Les personnages ne sont pas attachants, mais ils sont marquants et on aime les jouer comme les rencontrer. Les PJ sont des prétirés et pas un seul n'a été choisi par dépit. Chaque PNJ a une particularité assez forte pour qu'on se souvienne de lui. On a hâte de tous les rencontrer pour savoir ce qu'ils cachent.

L'histoire est prenante, et même s'il est tentant en tant que joueur de faire n'importe quoi (ce que le jeu permet bien), on n'oublie pas ces post-its intrigants et on se triture les méninges pour savoir ce qu'ils cachent. Personnellement la fin m'a surprise et je l'ai aimé. A la table deux des cinq joueurs ont compris à l'avant-dernier post-it ce qui les attendait. Je précise qu'il y a bien quatre prétirés, mais comme tous mes joueurs voulaient participer, j'en ai créé un cinquième.

C'est un jeu où les joueurs peuvent vraiment se lâcher. Certes vous risquez de voir la partie sombre de vos joueurs, mais en même temps je trouve que ça reflète bien l'humain sans règle pour le brider.

Le système à base de D6 est simple et efficace, facile à expliquer à des débutants. J'aime bien l'idée de pouvoir aussi utiliser les dés pour compter les points de vie, cela évite d'effacer de nombreuses fois les informations sur les fiches des perso (qui serviront sur plusieurs séances normalement...). Il faut cependant pas mal de D6 en stock.

Les points négatifs:

Peut-être est-ce parce que j'étais MJ débutante, mais je n'ai réussi à mettre en place aucune intrigue secondaire. Des pistes sont données, mais pour le peu que j'ai réussi à placer, ça n'a pas pris chez mes joueurs. Quant à certaines, je ne voyais simplement pas comment les mettre en place et avec le recul je n'ai toujours pas d'idées. Aujourd'hui je maîtrise un autre shooter de l'auteur avec lequel je ne rencontre pas du tout ce problème.

 

Mon premier jeu d'Yno et loin d'être mon dernier. Je conseille fortement Rushmore pour sa facilité d'accès, mais surtout pour son univers et ses personnages. Si vous avez des joueurs qui vous fatiguent à toujours tout faire partir en cacahuète à force de mettre feu à des auberges, proposez-leur Rushmore, ils seront plus dans leur élément.

Critique écrite en mars 2021.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques