Contenu | Menu | Recherche

L'appel de tout lu

Bestiaire

.

Références

  • Gamme : Monster of the Week
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Ecran
  • Editeur : Studio Deadcrows
  • Langue : français
  • Date de publication : novembre 2018
  • EAN/ISBN : 9782490197101
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

  • livret A5 de 160 pages
  • écran à 4 volets A5
  • 12 fiches de monstres illustrées
  • 12 ex-libris de monstres format A5
  • 2 marques-pages

Description

Le Bestiaire est un supplément de création française qui prend au mot le concept de Monster of the Week : 52 monstres pour tenir une année, un par semaine. Conformément à certain paliers de la souscription, une partie des monstres et 15 lieux ont été confiés à des auteurs célèbres : Croc, Batronoban, Coralie David et Jérôme Larré, la Bande du manoir.

Après une page de crédits, une page de présentation du format de l’ouvrage, une table des matières (3 pages), le Bestiaire (106 pages) présente cinquante-deux monstres sur 2 pages, avec pour chacun une illustration « polaroid », une illustration quasiment pleine page, un historique, quelques caractéristiques pour le jeu, les pouvoirs spécifiques des monstres, les attaques et la faiblesse particulière du monstre sans laquelle il est impossible d’en venir à bout. Quelques monstres font partie des légendes traditionnelles mais sont revisités (Yéti, Minotaure, Sirène), la plupart sont inédits (Patapon, Veuve rouge, Récolteuse d’âmes,…).

Le Bestiaire de Croc (12 pages) propose des inédits comme l’esprit d’un enfant assassiné qui surgit des placards, trois autres créatures sur le thème des enfants assassinés, et un symbiote extraterrestre qui se nourrit d’adrénaline.

Les Lieux (34 pages) sont des endroits inhabituels propres à des aventures décalées, ils sont souvent assortis d’actions personnalisées et d’illustrations pleine page : un studio de cinéma maudit, une clinique pour devenir immortel, un café où consulter des savoirs interdits, un sous-marin maudit,…

Enfin une double page donne un modèle vierge pour créer des monstres personnalisés, suivie d’une présentation de la gamme (1 page).

L’Écran 4 volets présente des polaroïds de monstres côté joueurs, d’autres illustrations offertes comme paliers de souscription pouvant d’ailleurs y être épinglées (12 fiches de monstres pliables avec un polaroid côté joueur et des stats côté gardien). Côté Gardien, on y trouve les manœuvres des gardiens et des joueurs, les règles de combat et un compte à rebours.

Cette fiche a été rédigée le 27 novembre 2018.  Dernière mise à jour le 6 mai 2020.

Critiques

Qui Revient de Loin  

L'écran en mode tableau de chasse met vraiment les joueurs, pardon, les chasseurs, dans l'ambiance du jeu, et l'idée des polaroïds des monstres à poser dessus est géniale. Je l'ai adoptée pour tous mes montres "maison" et mes PNJ, les lieux, les objets, etc.

Le bestiaire est un peu en dessous en ce qui me concerne, mais je n'ai jamais été très client des bestiaires, préférant créer mes propres monstres. Le principal reproche que je lui ferais est d'être trop orienté surnaturel (donc type Buffy, Supernatural, Teen Wolf, Wynona Earp). J'aurais aimé bien plus de "monstres" liés aux Weird Sciences pour pouvoir aussi mener des campagnes à la X-files, Fringe, The SHIELD. Il y en a (produits d'accidents industriels, cryptozoologie, etc.), mais peu.

Par contre, un gros bravo pour l'inclusion de lieux-phénomènes, y compris un site web ou des lieux ambivalents ! C'est très intéressant comme alternative/complément et ouvre la voie à une campagne à la Ghost Wars.

Critique écrite en mars 2020.

mickey  

Ma note peut paraitre sévère mais elle reflète surtout l'inadéquation entre moi et celui-ci. Certes, on y trouve 52 monstres variés, illustrés, avec un petit texte d'ambiance et des stats (dont le plus important reste les manoeuvres spéciales et la faiblesse), puis quelques lieux spéciaux.

Malheureusement, tout cela me semble bien aride en terme d'inspiration et ne m'évoque pas grand chose. Il y a de l'alien, du fantôme, du zombie et même du robot, mais les textes sont trop vagues ou trop spécifiques pour m'avoir stimulé.

Donc je ne me suis servi de rien et ce bestiaire prend la poussière.

 

Critique écrite en juin 2022.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques