Contenu | Menu | Recherche

No power in the verse can stop us

Hardwired

.

Références

  • Gamme : Cyberpunk
  • Sous-gamme : Cyberpunk 2013
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de règles et de contexte
  • Editeur : R. Talsorian Games
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1989
  • EAN/ISBN : 0-937279-07-2
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple de 94 pages.

Description

Hardwired est, comme son nom l'indique, tiré du roman du même nom ("Câblé" en français). Son auteur Walter Jon Williams, pilier du mouvement cyberpunk a rédigé ce supplément en collaboration avec Mike Pondsmith, pour permettre de jouer à Cyberpunk 2013 dans l'univers de Câblé. Avec When Gravity Fails sorti en 1992 pour CP2020, c'est le deuxième supplément tiré d'une oeuvre littéraire.

Nous sommes en 2151, et l'écologie de la planète est ravagée. La plupart des industries lourdes et des sources d'énergie sont en orbite, et la guerre terre-orbite réglée à grand coup de mass-driver a mis la terre définitivement sous le joug orbital. Les Etats-Unis ont été balkanisés et transformés en pays du tiers-monde. On retrouve des fiches techniques des véhicules employés par les trafiquants dans le roman pour passer de la côte ouest à la côte est : Panzers, et Deltas. Des informations brèves sont fournies sur l'immigration, le loto corporel, les cultes, les mercenaires, les nihilistes éthiques et autres gangs.

De même, un très rapide tour d'horizon est effectué sur le monde, un lexique d'argot est fourni et des explications sur le rêve de départ pour l'orbite sont présentées, ainsi que des accroches de scénarios. Une section présente des implants cybernétiques particuliers au monde de Câblé, des nouvelles classes de personnages (pirate, et détective privé, ainsi que des variantes pour cop, et netrunner). Des règles alternatives sur la cyberpsychoses sont proposées et 19 nouvelles compétences sont détaillées. Une section technologie passe en revue les nouveautés présentes dans le roman : cybercobra, cristal de combat de groupe, etc. Les différentes monnaies du monde, ainsi que des prix de référence sont présentés dans une table.

Les drogues, très présentes dans le roman, font l'objet d'un chapitre à part entière et chacune est présentée en détail. Un système de combat alternatif à FNFF est fourni pour les campagnes dans le monde de Hardwired, complété par un générateur d'adversaires aléatoire tenant compte de leur psychologie. Un chapitre important propose un système alternatif de netrunning, allant même jusqu'à proposer un langage évolué de hacking : le EBASIC. Un exemple de piratage est même donné et commenté.

Six scénarios interdépendants concluent le livre : 92° in the shade, The sporting club, To skin a cat, Nobody's angel, Panama et The Bushwacked Piano, où les personnages doivent récupérer le contenu d'une fusée s'étant écrasée.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 12 avril 2013.

Critiques

Coredump  

Le roman "Hardwired" de Walter Jon Williams est à mon goût un des meilleurs de la famille cyberpunk. Malheureusement, ce supplément n'est pas à la hauteur de ce dont il s'inspire, et cela malgré la collaboration de l'auteur.

La partie "background", très maigre, se contente de résumer ce que l'on sait déjà après lecture de l'oeuvre, et n'approfondit pas. Le système alternatif est simpliste. Quelque détails sur des implants ou des drogues peuvent être sympathiques, mais là encore, ça manque de substance. Quant au passage sur l'informatique, s'il a le mérite d'être moins stupide que celui de CP2020, il se transforme vite en leçon de programmation pour grand débutant, ce qui n'est pas mieux.

Et pour nous achever, trente pages de mini-scénarii sans originalité, dont on se serait bien passé. Bref, achetez-vous le roman et dispensez-vous du supplément, dont les illustrations sont hideuses à l'exception de la magnifique couverture de Royo, qui ne suffit pas à justifier l'achat.

Jael  

Ce supplément retranscrit bien l'ambiance du roman. Il est sorti pour Cyberpunk 2013. Les nouveaux équipements ont été repris par tous les suppléments ultérieurs. Les règles sur le combat notamment ne sont plus vraiment utilisables, sauf quelques bonnes idées comme les classes d'armure (tu as beau avoir un casque, une balle de M-60 t'arrachera la tête).

La partie sur le netrunner est aussi une bonne idée, plus réaliste et moins ennuyeuse pour les autres joueurs, le "cristaljoke" devient une sorte de fixer en fait. La partie programmation est à oublier... ou à revoir sérieusement. Enfin la campagne est typiquement cyberpunk, mais doit être sérieusement dévelopée.

En résumé, ce supplément apporte un éclairage différent à Cyberpunk 2020, sans y ajouter grand chose de nouveau. Une question de style quoi. Et puis, rien que pour approcher Sarah...

The King  

Je n’ai pas lu le roman, mais ce supplément est quand même suffisamment détaillé pour se faire une idée de l’univers. Je le trouve d’ailleurs un peu plus réaliste que celui de Cyberpunk, même si les orbitaux le placent bien plus dans le futur. Le livre est globalement divisé en 3 parties : le contexte, les règles et la campagne (en fait 6 scénarios relativement indépendants mais qui forment une trame et un métaplot communs).

Comme indiqué, le contexte est précis et fournit une bonne synthèse de l’environnement. Les règles apportent des ajouts avec de nouvelles compétences, certaines très utiles, ou des modifications, notamment pour les hackeurs.

Cependant, c’est le scénario qui m’a le plus impressionné, par rapport à la plupart des autres de la gamme Cyberpunk et cela se remarque très nettement qu’il a été écrit par un bon auteur. En effet, chaque scénario ne fait que quelques pages mais décrit bien mieux les situations que ne le font les livrets de 32 pages. De plus, ils sont très originaux : casse d’un casino, recherche d’un conteneur qui s’avère rempli d’une arme bactériologique que les PJ auront l’occasion d’utiliser sur un « client » qui a essayé de les rouler, mais leur nouvel allié essaie aussi de la leur faire à l’envers. Il y a également beaucoup d’allusions au roman et les PJ pourront – peut-être – rencontrer Sarah et Cowboy. On est donc nettement plus dans le véritable thriller que dans la catégorie action défouloir qu’avaient l’habitude de nous servir Atlas Games et R. Talsorian Games. Et c’est vraiment plaisant.

Critique écrite en juin 2021.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques