Contenu | Menu | Recherche

Non, pas l'auteur de Bitume...

Home Front

.

Références

  • Gamme : Cyberpunk
  • Sous-gamme : Alternate Reality
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : Ianus Publications
  • Langue : anglais
  • Date de publication : juillet 1994
  • EAN/ISBN : 2-921573-19-9
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple de 56 pages.

Description

Une fois de plus ce scénario, comme la plupart des autres Alternate Realities, peut être joué par plusieurs types de personnages. Quel que soit leur choix, ils devront traquer un serial killer qui n'a semble-t-il rien d'humain.

Un enfant abandonné, des chasseurs de vampires, des gothiques à la recherche de pouvoir... autant d'ingrédients piquants pour un scénario axé sur le surnaturel, et qui demandera sûrement que vous possédiez au moins Night's Edge pour pouvoir le faire jouer et potentiellement Bloodlust.

Un enfant battu se fait offrir le pouvoir par un inconnu, sans comprendre ce qui l'a amené là, il devient un vampire. Il tue alors son père quand celui-ci frappe sa mère et se sauve dans les rues. Il est devenu un kerushi, un vampire fou. Il cherche son père partout autour de lui parmi les agresseurs de femmes ou d'enfants, et tue à nouveau.

Ses meurtres ne passent pas inaperçus et bientôt, la police est aux trousses de l'agresseur, des chasseurs de vampires y voyant là une manifestation de leur ennemi mais aussi quelques goths envoyés par des vampires ennuyés par cette publicité bien inopportune. Les personnages pourront jouer ce scénario sous n'importe quelle optique, selon qu'ils sont des outsiders, des flics, des vampires, etc. La conclusion est ouverte, et le thème général porte sur la folie, la société et les enfants. Outre la conclusion, l'ouvrage se termine par 17 pages de PNJ et les plans des lieux d'intérêt du scénario.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 15 avril 2013.

Critiques

Coredump  

Ce scénario traite de sujets relativement graves, lui donnant un aspect tragique et sombre. Ici, pas de blackops spectaculaires : il s'agit plutôt de violence conjugale, et de pédophilie. Les auteurs ont voulu démontrer que l'on peut aussi jouer sur des thèmes "sérieux".

Le scénario est assez décalé, et l'ambiance opressante ne conviendra certainement pas à tous les publiques. Quelques vampires sont également présents, mais mis en scène de façon intéressante, ce qui ne gâche rien.

The King  

J’ai un souci avec les scénarios de cet éditeur : d’une part, il rajoute systématiquement des vampires un peu partout (son univers du WoD à l’époque Cyberpunk) et d’autre part, il n’y a pas vraiment de fil conducteur. Il y a une histoire qui fait office de dénominateur commun, plusieurs factions et les PJ qui peuvent ou non faire partie d’une faction.

Pour résumer, un enfant paumé de 8 ans se voit « offrir » l’immortalité (on ne verra pas le vampire) et finit par se rebeller contre son père violent envers lui et sa mère. Il le tue dans un accès de colère et commence alors une spirale de violence envers tous ceux qui lui font penser à son père. Il se réfugie chez un ami musicien qui l’héberge et qui est prêt à l’emmener loin de Night City. Pendant ce temps, il est recherché par un clan de vampires (pour son manque de discrétion), des chasseurs de vampires (qui ont été alertés par le modus operandi des meurtres), la police, évidemment, qui le considérera comme un tueur en série à partir du 3ème meurtre (c.à.d. ils tireront à vue), ainsi que les PJ (à moins qu’ils fassent partie d’une des factions précédentes).

Le scénar est complètement libre : les PJ peuvent aider ou tuer le jeune et ses amis. Il a fait cela (des meurtres), compte faire ceci (rejoindre ses potes) et quitter la ville. Les lieux des crimes et d’hébergement sont présentés (pour l’enquête) et ce qui arrivera aux musiciens est également détaillé. Puis vient le tour des factions et la description de leurs actions. Au MJ de se dépatouiller si les joueurs sont trop rapides ou trop lents. Cela manque donc à mon avis de concision et aucune aide n’est fournie pour préparer cette aventure.

Pourtant, en soi, cette histoire est passionnante et tous les PNJ sont décrits avec force détails, avec une distinction entre leurs motivations apparentes et réelles (ce trait est emblématique de l’éditeur). L’engrenage dans la violence est compréhensible (des parents pauvres qui l’ont eu quand ils étaient jeunes, un père aimant qui devient alcoolique et violent, une mère tétanisée et repliée sur elle-même).

C’est là qu’intervient l’aspect adulte du scénario : si les joueurs aiment défourailler, cela ne fera qu’un scénar de plus dans cet univers ultraviolent, mais s’ils ont envie de faire pour une fois l’assistance sociale, il peut atteindre des dimensions inconnues et sortir du train-train quotidien.

Bref, une idée qui sort de l’ordinaire mais qui pêche par une mauvaise présentation.

Critique écrite en novembre 2021.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques