Contenu | Menu | Recherche

Ce qui ne te tue pas te rend plus fort

Infiniverse : Campaign Update Vol. 3

.

Références

  • Gamme : Torg
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de règles et de contexte
  • Editeur : West End Games (WEG)
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1994
  • EAN/ISBN : 0-87431-355-4
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

livret de 128 pages à couverture souple.

Description

Le monde de Torg consiste en une série d'univers parallèles ayant divergé au cours de l'histoire. En un sens, chacune des campagnes menées par tous les meneurs de jeu du monde entier décrit un de ces univers parallèles. Mais il existe des dominantes : dans la plupart des mondes, une même évolution s'est produite. C'est en compilant le "feedback" (par courrier, puisque internet n'était pas assez développé à l'époque) des meneurs de jeu que ces livrets d'évolution de la campagne de Torg ont été publiés.

Ce second livret décrit la 6ème année de l'invasion de la Terre, royaume par royaume, y compris les nouveaux royaumes.

Aysle a été libérée par Tolwyn dans le cosm originel. Tolwyn revient maintenant sur Terre pour libérer l'Angleterre. La bataille va être rude, d'autant que Pella Ardinay a été capturée par le décharné et transformée en une grande prêtresse du Sans Nom.

La Cyberpapauté étend sérieusement son influence au Québec qui s'est séparé du Canada. Sur les autres fronts, Malraux n'a quasiment essuyé que des revers face à ses ennemis.

La Terre Pure a connu bien des bouleversements, qui sont détaillés région par région, mais commence aussi à s'organiser face à l'invasion. L'infâme concile de Delphes a été dissous.

La Terre Vivante est en pleine déroute et son Seigneur, Baruk Kaah a été tué. La course est commencée pour s'emparer de l'obscurificateur. Les Akashans commencent à douter de leur utilité sur Terre, d'autant que le décharné a su les convaincre qu'il avait provoqué leur venue.

L'Empire du Nil est le royaume qui a le plus prospéré. Une foule d'événements encore plus pulp qu'avant s'y produisent : dieux grecs, héros costumés, épidémie de sphynxs, renversements divers.

Le Seigneur du Japon Technologique est en fâcheuse posture, un de ses clones est mort, ses alliés sont en déroute, ses entreprises risquent la banqueroute.

Orrorsh a perdu un de ses ponts abyssaux et le décharné envisage un plan "tout ou rien" pour dépouiller la Terre et les autres Seigneurs de leurs possibilités. Ce plan sera développé dans War's End.

Tharkold est bien installé à Los Angeles et y mène la guerre contre les Eidenos et les Akashans.

Sont ensuite proposés des royaumes de poche, de faible importance : Kantovia, une survivance du royaume de garous détruit par le décharné (voir la trilogie de romans), le Net, l'Olympe, Lereholm (un monde vampire), la Géhenne (un Orrorsh en pire!).

Deux aventures sont proposées : E Pluribus Unum, multi univers pour chevaliers expérimentés, et Their Darkest Hour, essentiellement en Aysle, qui permet de retrouver Excalibur.

La dernière page donne des clarifications sur les lois du monde qui sont actives ou passives.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Stephane 'Docteur Fox' Renard  

Les infiniverse se suivent et commencent à se rassembler un peu trop. Autant les deux premiers proposaient des bouleversements passionnants de l'univers de torg, autant celui-ci a un goût de déjà vu.

La situation se détériore sur la terre, c'est la fin de la guerre qui se prépare (voir supplément war's end), mais on ne peut pas dire que ce soit très bien exploité et qu'on propose de réelles opportunités aux chevaliers des tempêtes pour influer sur la situation.

On nous apprend (invente) même que la campagne de la trilogie des reliques du pouvoir était orchestrée par le décharné et que les chevaliers n'ont été que ses pions. Inutile et désolant. Je suis vexé, tiens.

Il y a quelques univers de poche sympas, on nous ressuscite même Kantovia. Merci. Mais ça commmence à faire beaucoup d'univers et de lois du monde.

Shaman Chat  

Je n'ai pas la sensation que l'Infiniverse 3 soit particulièrement moins bon que le 2. Il se lit tranquillement. Mais si vous n'êtes pas armé de la connaissance de certains scénarios, ça peut être dur de comprendre parfois le pourquoi du comment des choses. La guerre s'intensifie. On voit apparaître clairement Moebius et le Décharné comme étant les deux Seigneurs les plus forts. Des microcosms sont encore révélés. Cela dit, il manque peut-être dans certains des cosms la possibilité pour les pjs d'être impliqués. Que faire contre "the warrior of the Dark" par exemple. Attendre le retour de Tolwyn ? Il y a aussi quelques révélations assez fortes mais pas toujours pertinentes finalement pour l'orientation de certaines campagnes.

Spoiler - Joueurs passez votre chemin.
A titre personnel, je n'aime pas trop (par goût - pas forcément que ça soit mauvais) :
- Que Kanawa se fasse avoir par Jezrael au niveau de ses clones. Remplacer ces derniers par des synthétiques est stupide là où une simple programmation aurait sans doute pu suffire.
- Qui est le Guildmaster.
- Qu'on ne nous ait jamais donné d'infos sur certains des héros de la trilogie. Mais que sont devenus Bryce ou Hachimara ?
- Que des tas de personnages présentés dans Character Collection soient supprimés.
- La manière dont est employé Baruk Kaah dans le premier scénario. C'est un gros bill ultime qui reste un sacré gros débile quand même.
- Que le deuxième scénario soit un peu flou... Faut vraiment que les Aysliens soient cons pour croire en un Arthur fabriqué par des cyber papes et faut vraiment que la dame du lac soit conne pour refiler Excalibur à un faux Arthur.

Ouais, le principal reproche à faire à ce supplément, c'est peut-être qu'il vous faudra vous la jouer un peu plus "adulte" sur les scénarios. Baruk Kaah, dans son nouvel état, est proprement une machine de guerre ignoble, le summum de tout ce qu'un gros-bill pourrait rêver et en plus il réapparaît dans le scénario final. Je ne vois pas trop comment il pourrait se faire crever par des pjs à moins que ceux-ci ne soient vraiment des gros bills finis. Mais il faut avouer que je n'ai pas la pratique de la gestion des possibilités à la pelle. C'est vrai que des pjs armés de douzaines de ces points peuvent ponctuellement faire des miracles.

Alors, l'évolution des cosms pour bien mettre en avant le fait que Nil et Tharkold, c'est ce que les joueurs préféraient et que le Décharné, il doit se mettre en place pour le scénario final, pourquoi pas... J'ai la sensation que je ne pourrais pas juger totalement de ce supplément tant que je n'aurai pas lu War's End. Mais c'est vrai que lorsqu'on traite des Seigneurs et de leurs batailles, on aimerait voir un peu comment des pjs arrivés à un statut de gros-bill pourraient (outre que dans les scénarios déjà proposés) suivre des pistes pour le futur.

Il n'y a plus de rumeurs dans ce dernier supplément. La fin étant proche. C'est peut-être un peu dommage. Tout comme il est dommage de n'avoir pas de pistes pour mettre vraiment sur la gueule des Seigneurs les moins victorieux.

J'hésite entre le 3 et le 4. J'ai envie de noter 3 parce que certains bouleversements ne sont pas assez majeurs ou que je n'aime pas des petites options prises par la gamme. Cela dit, replaçons les choses dans leur contexte et dans celui où vous pourrez vous procurer le livre :
Il reste indispensable.
Il apprend des tas de choses que vous ne pouvez pas ignorer si vous êtes un geek de la time line.
Il évite la mort de Kaah et permet, même si c'est parfois un peu malheureux, de placer les joueurs en conflit direct avec un ex seigneur.
Il met en place les éléments qui annoncent War's End.

Donc 4 pour l'utilité dans l'univers... Je vais rester généreux. Plouf.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques