Contenu | Menu | Recherche

Fluctuat, nec mergitur

Cyberpapacy (The)

.

Références

  • Gamme : Torg
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de règles et de contexte
  • Editeur : West End Games (WEG)
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1990
  • EAN/ISBN : 0-87431-307-4
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple de 124 pages

Description

La cyberpapauté est le Cosm qui a envahi la France après avoir provoqué des événements de nature apocalyptique (explosion de la centrale nucléaire de Creys-Malville) pour préparer les mentalités.

Le royaume de Magna Verita ressemble à une terre où les papes seraient restés en Avignon et auraient instauré une théocratie très autoritaire empêchant la technologie de progresser. C'est la réalité qui aurait dû s'installer en France si, au moment de l'invasion, des chevaliers des tempêtes n'avaient réussi à greffer une puce cybernétique sur le pape André Malraux I, modifiant ainsi ses axiomes. La France fut donc envahie par une cyberpapauté au lieu d'une théocratie post-médiévale.

Tous les ingrédients du style cyberpunk sont présents avec la possibilité de naviguer en mode virtuel sur un réseau informatique détaillé dans le supplément réseau divin et dont les noeuds/terminaux sont les églises du pays controllées par les agents de la cyberpapauté. Comme dans le cyberpunk traditionnel, une grande variété d'accessoires cybernétiques peuvent être greffés sur le corps, et l'excès de prothèses peut entrainer des formes de folie. Des puces spéciales contenant des âmes en purgatoire ou des puces de foi permettant l'endoctrinement complètent la panoplie traditionnelle du cyberpunk : prothèses mécaniques ou sensorielles ultra-puissantes, armes et senseurs sophistiqués, drogues puissantes.

Un effort particulier a été fait pour détailler le devenir des différentes régions de France. La résistance à l'envahisseur prend des formes inspirées de l'imaginaire collectif français : réseaux de résistance, bandes de loubards cyberpunks qui s'appellent les roi-soleils. La ville de Paris est restée un point inflexible de la terre pure où s'est installé un gouvernement provisoire, la commune de Paris.

Le supplément fourmille également de plans de lieux où les chevaliers des tempêtes devront intervenir dans des scénarios de type "resistance/sabotage" : un hôtel-Dieu où sont greffées les prothèses, une planque de cybertrafiquant, un poste de contrôle de l'Eglise...

Les axiomes du monde permettent une certaine magie, un niveau social amoindri correspondant à la théocratie et la foi du charbonnier, un axiome spirituel très fort où les miracles sont quotidiens (mais contrôlés), et un axiome technologique qui n'a pas encore développé tout son potentiel. Les lois sont assez intéressantes : les miracles d'autres religions sont plus durs à obtenir (loi du Dieu unique), la magie étant hérétique est plus dure à lancer mais a des effets plus forts, l'application de formes de jugement de Dieu moyenageux pour prouver la vérité est quasi-systématique et le soupçon est permanent.

Les archétypes proposés sont l'agent secret, le cablé, le cybertrafiquant, le détective, le héros désabusé, le cyber-templier renégat, le loubard, l'occultiste, le prêtre traditionnel, le psychologue, le sorcier, le vétéran.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 22 avril 2013.

Critiques

 

Ce supplément ainsi que Godnet (respectivement 128 et 96 pages) recouvrent à eux deux à peu près tous les aspects de la France de Torg : un endroit singulièrement désagréable, mélangeant allègrement les côtés les plus sinistres de l'Eglise médiévale et du cyberpunk.

Cyberpapacy suit le standard des sourcebooks, avec une généreuse quantité d¿informations sur le cosm envahisseur, puis son Seigneur, son nouveau royaume : la France, les sbires de l'Antipape et enfin Paris, qui résiste encore et toujours à l'envahisseur. Tout cela est fort bien fait, encore qu'un peu étrange à lire : le lecteur américain est sensé y trouver une documentation de base sur notre beau pays, mais le lecteur français pourra trouver bizarre de s'entendre rappeler des évidences comme "un franc représente cent centimes" (sans parler des noms "français" qui sonnent parfois de façon curieuse). Vient ensuite une seconde partie plus "technique", avec de nouvelles compétences, les miracles de la foi, des tas de bébêtes déplaisantes et une tonne de matériel cybernétique dernier cri qui fait ressembler l'Homme qui Valait Trois Milliards à une boîte de conserve rouillée...

Cyberpapacy et Godnet sont de bons suppléments, pleins d'informations et dessinant un portrait (presque) crédible d¿un futur particulièrement noir. Indispensables aux MJ de Torg, les amateurs de cyberpunk devraient y jeter un coup d'oeil à tout hasard (particulièrement à Godnet).

Tristan Lhomme - Casus Belli n°63

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques