Contenu | Menu | Recherche

Dans le web 2.0, c'est quand même le 0 qui prend le dessus (Manu Larcenet)

Parfum d'Oniroses (Un)

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple (48 pages)

Description

Un Parfum d'Oniroses est un scénario de quête, voire même de double quête, mais aussi un scénario de voyage à travers les rêves. Si le premier âge fut celui des Dragons, et le deuxième celui des mages, le troisième âge sera celui des voyageurs, et ce Miroir guide les voyageurs de rêve en rêve, à la poursuite d'un étrange personnage, et d'une fleur au parfum entêtant.

Si le scénario s'adresse à des personnages moyennement expérimentés (niveau +5/+6 dans leurs meilleures compétences) et qu'un haut-rêvant est toujours le bienvenu, cette quête est réellement adaptable à tous les niveaux. Plus que des voyageurs moyennement expérimentés, c'est de joueurs ayant l'expérience du voyage, dont cette aventure a besoin.

L'aventure commence à Chandrapore, une populeuse cité en bord de lac, une cité où il fait bon vivre, et où la nombreuse bourgeoisie aime les belles choses et le luxe. La cité est bien tranquille, et les voyageurs n'ont qu'à se reposer entre deux voyages, mais tout s'emballe pour une effluve d'une rare finesse, un capiteux parfum accroché aux pas d'une belle dame, et ce parfum si parfait deviendra vite tellement entêtant, que les voyageurs n'auront de cesse de retrouver les Oniroses à l'origine de son essence.

Mais où trouver des Oniroses, ces fleurs qu'un caprice draconique ne fait pousser qu'une fois tous les sept ans, dans un endroit nommé Blossom, n'apparaissant sur aucune carte ? Aux dires du parfumeur, dont la divine fleur fait partie de son fameux numéro 7, qui est bien sûr épuisé depuis longtemps, c'est un certain Algorifmus, voyageur de son état, qui sept ans auparavant lui ramena la fleur. Algorifmus sait où se trouve l'Onirosier. Algorifmus est reparti de Chandrapore, il y a quelques jours, alors qu'il avait arrêté le voyage. Suivons-le, sera l'obsession certaine des voyageurs.

C'est ainsi que commence ce voyage, poussé par l'artifice maintenant bien connu de la quête d'archétypes et des désirs lancinants qu'il sous-entend. Ce voyage fera traverser plusieurs déchirures aux voyageurs, à la suite de ce curieux personnage, et les rêves traversés ne seront pas toujours des sinécures. De la Potence de Turneps, aux araignées bleues, tout en buvant de la pamprevoise à foison, arriveront-ils à temps pour la floraison des Oniroses ?

Ce miroir s'achève comme il a commencé, par ce long scénario. Aucun additif aux règles cette fois-ci. Le jeu de Denis Gerfaud vient d'arriver à maturité.

Epuisé depuis de longues années, Multisim l'a réédité, après l'avoir adapté aux règles de la seconde édition de Rêve de Dragon, dans un recueil nommé, Trois Reflets d'Anciens Rêves, toujours disponible aujourd'hui (2003).

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 5 février 2012.

Critiques

Nikkolei  

Avec Parfum d'Oniroses, Gerfaud reprend le thème lancinant du voyage transonirique auquel le précédent Miroir - l'Auberge des derniers Voyageurs - nous avait, bien involontairement il faut le dire, convié.

En arrivant dans la douce ville de Chandrapore, située au bord du lac Trazimène (mais si, souvenez-vous de la carte parue dans les Larmes d'Ashani), les personnages vont être happés par le parfum capiteux d'une dame (en noir ?). Un rêve d'archétype plus tard, et ceux-ci n'auront de cesse d'en respirer à nouveau l'entêtante fragrance. Souci - ou opportunité - le parfumeur qui le confectionne n'en possède plus goutte. Et la fleur dont il en tire l'essence est bien entendue introuvable. Les Voyageurs vont donc se lancer à la poursuite d'un mystérieux Algorifmus qui en fut le précédent négociant, afin de retrouver la mythique ville de Blossom où poussent le légendaire Onirosier qui porte ces fameuses oniroses. D'autant que le parfumeur est prêt à y mettre le prix, alors pourquoi hésiter ?

Là, commence un périple transonirique véritablement fantastique, plein de malice et de loufoquerie, mais aussi de rencontres burlesques et impayables. A ce titre, les optimisateurs de tous poils qui auront volontairement négligé les caractéristiques dites "secondaires" comme ODO-GOÛT en seront pour leurs frais, même si c'est à double tranchant : sacré pied de nez (hé !), si j'ose dire...

De Turneps au clan des Araignées bleues en passant par la Cité de l'Arbre endormi, à Pamprevoise et aux environs de Blossom, les Voyageurs seront confrontés à une galerie de personnages et de situations à roleplayer toutes plus inoubliables les unes que les autres. Si la poursuite est plus ou moins directive dans son déroulement, certaines scènes clés peuvent se résoudre selon plusieurs alternatives. La fin elle-même est totalement ouverte.

Un mot sur les magnifiques illustrations de Florence Magnin. Sa couverture est sans nul doute la plus belle de tous les Miroirs.

Un excellent Miroir - si ce n'est le meilleur - qui soulèvera pas mal de questions sur la nature même du voyage au travers des déchirures. Autant préciser que ce n'est pas ce supplément qui y apportera une réponse.

Vermer  

 

Ce scénario est vraiment très bien, un des meilleurs pour Rêve de Dragon. Avec ses six étapes principales dans la poursuite d'Algorifmus et des oniroses, ce scenario offre des environnements et des situations pittoresques et riches en possibilités de jeu.

Ces différentes étapes offrent bien des opportunités au meneur de jeu de broder sur l'histoire, comme pour la rencontre avec le clan des Araignées Bleues, ou d'en écourter certains passages, comme les pièges dans les couloirs souterrains de la Cité de l'Arbre Endormi (que j'ai personnellement enlevé étant, dans ce scénario, une des rares réminiscence des années 80).

Je suis particulièrement sensible au dirigisme dans les scénarios et on peut effectivement en accuser certains scénarios pour Rêve de Dragon de l’être, mais pas celui-ci. Ou du moins pas plus que n'importe quel scénario de jeu de rôle. Certes, c'est une poursuite, mais les situations sont variées et peuvent être abordées et résolues de bien des façons. La fin en est originale, bien réussie et totalement ouverte.

Bref, un bien bon scénario, emblématique de Rêve de Dragon si l'on peut dire.

 

Critique écrite en juillet 2010.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques