Contenu | Menu | Recherche

Wibbly-wobbly, timey-wimey... GROG !

Menzoberranzan

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 128 pages à couverture rigide en quadrichromie et carte de 74 cm par 54 cm recto-verso.

Description

Menzoberranzan : City of Intrigue est un cadre de campagne pour D&D4 mais également pour la future édition du jeu puisqu’il ne contient à cette fin aucune donnée technique, et qu’il laisse la porte ouverte sur différentes époques sans imposer de cadre. Ces dernières sont fournies dans les suppléments online publiés simultanément (Dungeon et Dragon) sous la forme notamment de thèmes de personnages, c’est à dire d’historiques associés à des séries de pouvoirs.

L’introduction (2 pages) rappelle les principes essentiels d’une campagne à Menzoberranzan, la cité des elfes noirs :

  • vous jouez un drow (elfe noir) ou un esclave
  • c’est un univers de sadiques maléfiques
  • Lolth la déesse araignée y a installé une théocratie toute puissante et n’y supporte aucun rival
  • le pouvoir est un enjeu constant et justifie tout
  • la principale monnaie d’échange, ce sont les secrets
  • l’environnement de la ville est l’Outreterre, un monde souterrain cruel et dangereux

Le chapitre 1, Campaign of Intrigue (12 pages), propose plusieurs cadres de campagne et plusieurs thèmes. Les thèmes tournent autour de la politique, de l’espionnage, des raids contre la surface, des luttes entre les factions, des plans de Lolth et des guerres aux différentes époques. Les cadres correspondent à différentes ères de la vie de la cité, comme l’époque de la fuite de Drizzt décrite dans les romans de R.A. Salvatore. Les projets de Lolth les plus récents sont déployés dans Council of Spiders, une campagne pour D&D encounters publiée simultanément. La campagne peut également inclure des événements majeurs comme une invasion de monstres, la chute d’une maison noble, l’effondrement d’une partie de la ville, une révolte d’esclaves ou la visite d’aventuriers de la surface.

Le chapitre 2, The Way of Lolth (10 pages), permet à chacun de devenir un parfait pion de Lolth, de la matriarchie qu’elle a installée au pouvoir ou des maisons nobles. C’est une description de la vie quotidienne à la cité des intrigues.

Le chapitre 3, Drow Factions (50 pages), décrit six maisons nobles majeures présentes à différentes époques et quatre mineures. Mais il présente aussi d’autres factions puissantes comme les diverses académies, le groupe mercenaire Bregan d’Aerthe, la société secrète d’assassins Jaezed Chaulssim qui cherche à évincer Lolth, la Scourged Legion qui est constituée en grande partie d’orques avec du sang démoniaque et le Sept of Ill’Ghact qui sert les dessins des flagelleurs mentaux. Chaque faction est décrite en détail, ainsi que ses personnages clés qui sont illustrés en portrait de famille. Deux historiques par faction permettent d’incarner un membre bien typique. Un tableau récapitule la montée en puissance et la chute des principales maisons aux différentes époques. D’autres tables permettent de créer des maisons et d’ajuster leur puissance aléatoirement.

Le chapitre 4, City of Spiders (22 pages), décrit lieu par lieu les quartiers de la ville de Menzoberranzan avec son architecture si particulière qui occupe une gigantesque caverne souterraine, ses forêts de champignons, ses cavernes creusées dans des stalactites. Chaque district est même décrit comme une ville à part entière, quartier par quartier.

Le chapitre 5, The Northdark (16 pages), élargit l’horizon autour de la cité jusqu’aux fameuses cités naines des Royaumes Oubliés qui ont toujours été en guerre avec elle. Entre les deux, une kyrielle de cités oubliées, d’enclaves ennemies, de donjons maudits, de labyrinthes, et d’antres de monstruosités garantit des expéditions mouvementées.

Le chapitre 6, Be a Drow (10 pages), donne tous les élements pour créer un infâme personnage à la hauteur de la réputation sulfureuse de son peuple. Tout y est : historiques associés aux factions, règles de statut au sein de la société Drow, motivations dépravées, et secrets hideux. Il est également possible d’utiliser les fortune cards Treachery Deck pour gagner de la renommée au détriment de ses alliés.

L’appendice (2 pages) contient la légende détaillée de la carte fournie qui présente deux vues de la cité : une en couleurs au recto avec numérotation des lieux et au verso en noir et blanc avec une légende succincte.

Cette fiche a été rédigée le 9 septembre 2012.  Dernière mise à jour le 23 octobre 2014.

Critiques

Stephane 'Docteur Fox' Renard  

Un petit gout amer pour cette campagne qui est publiée sans stats pour D&D4, fin de gamme oblige. Il est tout de même appréciable que l'éditeur continuer à sortir des suppléments de cette qualité, et beaucoup apprécieront également que l'univers y ait une part aussi belle.

Pourquoi cette déception alors? Certes la campagne est uniquement prévue pour des elfes noirs, ce qui est bien plus rationnel que des précédents suppléments (à l'époque de D&D2) qui décrivaient la ville comme une suite de combats pour des personnages de très haut niveau. Mais voilà, jouer uniquement des elfes noirs ne me botte pas trop, et le chapitre sur les différentes factions est beaucoup trop long à mon gout.

Je regrette également l'absence de thèmes que j'avais énormément apprécié dans d'autres suppléments. C'était un ajout intéressant au matériel de jeu. Les thèmes sont dispos online et sur abonnement uniquement, dommage parce que ça n'aura que la pérennité d'un pdf égaré dans un dossier de l'ordi.

Du côté des bonnes surprises : une magnifique carte de la ville, du très beau travail ! ! ! Dommage que l'encartage dans le bouquin soit un peu raté côté pliage : attention, si on découpe au ciseau, la carte est lacérée!

Plein d'idées de cet ouvrage vont me servir immédiatement pour ma campagne Eberron puisque mes joueurs se trouvent aussi dans une ville d'elfes noirs. Même si ceux d'Eberron sont éloignés des elfes noirs des Royaumes, il y a quelques belles fourberies dont je pourrais m'inspirer.

Bref du très bon, et du bien décevant, une note de 3 s'impose.

Critique écrite en septembre 2012.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques