Contenu | Menu | Recherche

La société pardonne souvent au criminel, jamais elle ne pardonne au rêveur (O. Wilde)

OctoGônes 2012

Par Jérôme 'Ficheur fou' Bianquis

Rubrique : Reportages
Date : 14 octobre 2012

OctoGônes 2012 : notes personnelles d'un agent du GRoG

Vendredi soir

Après une journée éprouvante sur le plan professionnel, je ne suis pas d'humeur au jeu. Je me contente de tenir le stand... Récupération de Manga no Densetsu Deluxe, il existe, je l'ai vu, je l'ai en main ! Il arrive accompagné d'une marée de goodies, j'ai désormais des marque-pages jusqu'à ma mort. Le fils d'Hervé passe dire bonjour, la légende du GRoG se concrétise encore un peu plus. La caisse centrale est submergée par le nombre d'acheteurs dès le premier soir et la file d'attente s'allonge. La fréquentation s'annonce encore meilleure que l'an dernier. Je confie Anoë à son auteur pour dédicace, et fait de même pour MnD. Élise (moitié non-barbue du duo Eillea Ticemon) me dépanne de deux piles, ce qui me permet de démarrer un reportage photo. On rentre avec JeF vers 11 h 30, un problème de clefs empêchant de rester trop longtemps. Jai enchaîne les tables d'initiation de 20h à 5h du mat et rentre avec le premier tram, le sourire des joueuses l'aidant à tenir le coup.

 

Samedi

L'équipe de convention du GRoG démarre doucement le matin, et mes ordinateurs eux ne démarrent pas du tout. Les deux ! Je passe par le centre commercial de la part-dieu en allant à la convention, histoire de me trouver un netbook. Heureusement que c'est sur le chemin.

Anniversaire surprise d’Élise, toute rouge ! Les présents chantent en cœur et elle reçoit des chocolats lyonnais. Mon cadeau à moi, oublié avec le coup des ordinateurs, n'arrivera que plus tard. Mais pour finir il arrivera, par porteur spécial : Jai-le-Magnificent, rien que ça !

Je réinstalle mes logiciels et nous allons manger, Jef et moi, Jai n'est pas encore là et donc la valise du GRoG non plus.

Au retour, Jai, la valise et le cadeau sont là. Donc installation du stand y compris un périlleux accrochage de fanion au faux-plafond. Présence ce jour-là de nombreux auteurs et illustrateurs, comme Brand, Eillea Ticemon (les deux), Mahyar Shakeri, celui de Bastion, des auteurs et illustrateurs Septième Cercle, Ludopathes, 2d Sans Faces, Sombres Sentes, etc. Mathieu Gaborit fait une conférence avec Néko sur le processus créatif dans la salle de spectacle à l'étage.

Négociations diverses avec Edge et Black Book, où il est question de services de presse, de concours, d'annonce de sorties, etc. Mon netbook est de plus en plus équipé, même si le wifi de la salle permet des téléchargements plus ou moins rapides. Je fais encore des photos et revois de vieux copains de jeu, parfois perdus de vue depuis dix ou quinze ans. L'affluence semble carrément supérieure à l'an dernier, et la frénésie d'achat aussi, à voir la queue à la caisse centrale. Je craque pour un jeu philo, Sens Hexalogie, et discute avec l'auteur, qui me dédicace aimablement ses œuvres. J'ai pris toute la gamme, tant qu'à faire. Je discute d'un projet d'article sur les éditeurs avec tous ceux que je rencontre et Jef fait de même avec un projet sur la traduction. Il rencontre sur le salon quelques traducteurs et traductrices.

Scandale à OctoGônes : les elfes de maison exploités aux cuisines se révoltent le samedi soir et réclament une hausse de leurs gages. La direction accepte bien volontiers de doubler ces gages, attendu qu'ils sont nuls ! Le travail reprend, les sandwiches seront prêts pour la soirée, quand la buvette de la salle fermera, cédant la place à celle d'OctoGônes. Il y a également vente d'éco-cups OctoGônes, ainsi que de dés 6 spéciaux, aux couleurs de Lyon (rouge et bleu) et aux armes de la convention.

Je file à un anniversaire, abandonnant temporairement l'événement, jusqu'au resto prévu où je recroise certains joueurs d'OctoGônes ! Retour à pied (plus de métro) et sous la pluie. Idem une demi-heure plus tard pour mes coéquipiers, obligés de rentrer ensemble pour cause d'une clef pour deux. On cause un bon moment et je promets de faire un double supplémentaire de mes clefs.

 

Dimanche

Coucher tard plus discussion le matin égal départ tardif. Mais nous finissons quand même par arriver. Les entrées ont dépassé le total de l'an dernier samedi à minuit ! Le samedi soir, les quarante tables prévues dans l'espace JdR sont simultanément occupées par les parties, c'est la totale ! La fréquentation de la zone JdR a été excellente tout au long du week-end.

Plusieurs visiteurs s'arrêtent à notre stand pour nous féliciter : « C'est génial », « Mon idole »... Un rôliste des années 80 vient avec ses pitchounes causer un moment de la richesse de notre base. Pendant ce temps les deux suspects habituels enchaînent les parties d'initiation alors que le président tient le stand et discute avec les visiteurs et les exposants. Opale râle sur les orgas et les éditeurs se lancent des piques, tout en accusant unanimement les imprimeurs de tous leurs retards. Bref, rien de neuf, la fatigue de fin de convention ! Je collectionne les ragots et les dédicaces. Par exemple Ryutaama VF n'a plus de date de sortie officielle, mais le travail acharné de l'éditeur se poursuit ! Les Suisses de 2d Sans Faces sont originaux : ils n'accusent pas l'imprimeur mais le transporteur pour l'absence de la campagne Le Domaine des Trois Sources, dernière publication pour Tigres Volants.

Je harponne un organisateur pour obtenir la clef d'un mystère. Le mystère des couleurs des bandanas des orgas : finalement ils utilisent le code couleur starfleet, jaune pour les référents généraux de la convention, les officiers donc, et rouge pour les référents de secteur (JdR, GN, figurines, etc.) la sécurité quoi, ceux qui meurent dans l'épisode...

Le dimanche en fin d'après-midi, c'est encore bien plein : OctoGônes, la convention qui ne veut pas finir... Remise de quelques prix de la convention et de quelques autres du secteur JdR, mais nous devons partir, avec un Opalien, car l'heure des trains approche.

 

Bilan sommaire

2200 entrées payantes, 300 bénévoles et exposants. Compte tenu des frais engagés, le budget devrait être juste équilibré. Avec la croissance de la fréquentation, des besoins de bénévoles supplémentaires apparaissent pour l'an prochain, que ce soit en organisateurs à l'année ou en soutien ponctuel pendant l'événement. Le secteur JdR a été extrêmement fréquenté, organisant plus de 140 parties dans le week-end.

Nous attendons tous OctoGônes 4 avec impatience...