Contenu | Menu | Recherche

Recommandé par les éleveurs de rôlistes

Léo Henry

Auteur

Identité

Biographie

-- Genèse --
J'ai découvert le jeu de rôle d'une façon très particulière : je l'ai inventé. Non, je déconne (... super Dave, merci de continuer à nous faire rire).

En fait je suis entré dans la secte de façon très banale : une collec' de Jeux & Stratégie à la maison, une famille passionnée par le jeu de société, une fascination pour les labyrinthes de Philippe Fassier et les labyrôles de Didier Guiserix, une brouettée de livres dont vous êtes le héros et une légère tendance à la mythomanie dans ma prime enfance... Bref, que des symptômes classiques.

Les premiers essais se font en famille, surtout avec mon frère, d'abord sur Pendragon (l'édition en boîte de Gallimard) qu'aucun de nous n'a compris (on devait avoir 8 et 10 ans) puis D&D boîte rouge et surtout James Bond. Au collège je commence à jouer avec des camarades de classe, je connais ma première période Cthulhu - les masses protoplasmiques à la peau squameuse ne me faisaient pas encore ricaner sous la lune gibbeuse - et Warhammer. Je commence à squatter les clubs et à hanter les conventions, en compagnie d'étudiants buveurs de bière qui ont le double de mon âge. Pourtant, je persévère.

-- Exode --
Après un essai avorté pour créer un fanzine (le mythique "Et vous trouvez ça troll ?" dont je crois avoir vendu un exemplaire et offert les quatre autres), je commence à écumer la rubrique idoine dans Casus Belli. Je découvre ainsi des chefs-d'oeuvres impérissables tels que "Delirium D20", "Eke eke te pang" et surtout "Rôllez Jeunesse". C'est de ce fanzine parisiano-parisien, photocopillé sur du papier baveux, que naît le déclic. Je veux faire la même chose, en pire. Avec un camarade de débauche et de délire, Renaud B., nous fondons "Furious Gnômes, le zine dont vous êtes le acheteur". La ligne rédactionnelle (ahou) porte sur les jeux peu joués et mal aimés. Dans les trois numéros, parus entre 95 et 97, on retrouve des aides de jeu Paranoïa, des scénarios Petit Peuple et Enfer et Damnation, un scénario Heavy Metal et pas mal de délires persos. Un exemplaire du premier numéro est envoyé à la rédaction de "Rôllez Jeunesse", avec laquelle nous commençons à nourrir des contacts amicaux.

C'est au FLIP de Parthenay qu'on se rencontre enfin. L'équipe de FG, venue tester son trading card game ("Stone, Paper und Tronçonneuse") s'entend très bien avec la team de RJ, déjà bien engagée dans ce qui allait devenir le mouvement "No Cartaràn". Matthieu Balay et CFC de "Rôllez Jeunesse", Mathieu Reversé de "Apsara" (fanzine où il rencontrera Riva) et moi-même, poussons de joyeux cris de guerre en alsacien lors des remises des prix. Une ambiance de saine émulation règne déjà entre nous.

Outre "Furious Gnômes", dont la parution devient de plus en plus chaotique, je commence à collaborer à plusieurs fanzines : "Rôllez Jeunnesse", "Zombie", "Zeus", "Cadavrexquis" et encore récemment "Chrysopée" ou "Polizei !". Le site de la Scénariothèque garde des traces de cette période fertile, marquée au sceau des campagnes inachevées. L'acte de décès de "Furious Gnômes" est signé en 97, avec la publication d'un hors-série contenant cinq scénars INS/MV. Ce collector, passé complètement inaperçu en son temps, sera pourtant à l'origine de mon intégration dans le milieu professionnel...

-- Lévitique --
Tout en poursuivant une activité rôlistique alternative (beaucoup de jeu, pas mal de conventions, un passage bref dans un club local), je découvre la vie étudiante et commence ma reconversion dans l'écriture. J'abandonne assez vite une carrière de poète maudit peu lucrative pour me mettre à l'écriture de nouvelles tout en chassant la pige pour la presse magazine. Je collabore à "Cinétrange", le fanzine de l'underground cinématographique, et fait le nègre pour des auteurs illustres (Michael Moorcock, Beigbeder, Loana).

Aux alentours de l'an 2000, j'entends parler d'In Studio, la boîte fondée par Riva et dans laquelle tous mes anciens camarades zineux travaillent sur INS/MV. Je fais un peu de forcing, mettant en avant ma longue expérience (hum), et finis par être intégré dans l'équipe pour l'écriture de l'Encyclopedia Spiritis 1. Je prends mes marques sur l'ES2 (dont, au final, j'ai du écrire à peu près le tiers) et, comme je suis le seul à rendre mes textes à temps, je suis bombardé 'Directeur de publication'. Jusqu'ici, j'ai à peu près réussi à gérer deux suppléments : Old School et le Guide de la troisième force, qui devrait sortir sous peu.

A coups d'allers-retours sur Paris, je fais mes premiers pas dans le Milieu des ludo-créatifs. J'élucide enfin des mystères aussi profonds que le vrai prénom de Croc ou la raison du clash avec Twardowski. Champagne, limo, chemise ouverte, chaîne en or qui brille. Je ne reconnais plus mes amis dans la rue.

-- Nombres --
Dans le même temps, mes tentatives d'écriture semblent porter leurs fruits. Je reçois des promesses de publication, commence à hanter les manifestations de "littérature de l'imaginaire", rencontre des pelletées de gens intéressants (et souvent cinglés, ce qui ne gâche rien). Loin du stress et des paillettes de la capitale, je travaille comme je peux sur les divers projets pour lesquels je me suis engagé.

Niveau jeu de rôle, je suis devenu un papy, comme pas mal d'auteurs. C'est bien le diable si j'arrive à réunir une table toutes les trois semaines, pour la partie de Magna Veritas traditionnelle. C'est le seul jeu auquel je joue encore en campagne, même si je ne crache pas sur un one-shot exotique de temps en temps (Maléfices, Chestel ou Cthulhu-poilu).

Niveau fierté, je ne suis pas mécontent de mon chapitre sur Baalberith dans l'ES2 (à posteriori, parce que sur le coup j'ai vraiment cru que ça ne passerait pas à la censure) et très soulagé d'avoir réussi à boucler le monstrueux 'Guide de la troisième force'. Hors jeu de rôle, je bous de joie à l'idée d'être publié le mois prochain (juin 2002) dans une anthologie d'urban fantasy (aux éditions de l'Oxymore) où je partagerai le sommaire avec Fabrice Colin et Neil Gaiman, entre autres.

En ce qui concerne les projets, ma prochaine grande oeuvre In Studique sera 'Fire & Ice', en co-écriture avec CFC. Ce sera une campagne boulversive, sans doute longue et complexe, qui emmènera les joueurs jusqu'au bout de leurs rêves, doub doub bidoup wah. Pour le reste j'ai des études à finir et un roman à écrire, si j'arrive à en trouver le temps.

-- Deutéronome --
Cette dernière partie n'a rien d'autobiographique, c'est juste un petit message très émouvant que je veux adresser au monde ébahi :

Le jeu de rôle, c'est vachement bien.
En une courte décennie de pratique, j'ai amassé tant de bons souvenirs que j'ai du mal à trier : les quelques parties qui m'ont vraiment faites peur, celles - plus nombreuses - qui m'ont vraiment faites rire, les nuit blanches de conventions, les délires expérimentaux (le JdR dans le noir, le JdR en mimes, le JdR à l'imparfait du subjonctif, les tables tournantes...), les bourdes, les délires, les fanzineux, les murder parties et les killers, les heures de photocopies, les contacts avec les lecteurs, les ambiances du milieu, le travail dans l'urgence, les merdes d'impression... Bref, rien que du bonheur à tartiner.
Alors, voilà, merci à tous, et "keep rôling" !

Ouvrages Professionnels

Auteur(s)
Parution
Gamme
Editeur
3ème Force (La)
première édition
juin 2002In Nomine Satanis / Magna VeritasIn Studio
Encyclopedia Spiritis
première édition
janvier 2000In Nomine Satanis / Magna VeritasIn Studio
Encyclopedia Spiritis 2
première édition
juillet 2001In Nomine Satanis / Magna VeritasIn Studio
FIRE & Ice
première édition
septembre 2003In Nomine Satanis / Magna VeritasAsmodée Editions - Siroz
Fire & ICE
première édition
novembre 2003In Nomine Satanis / Magna VeritasAsmodée Editions - Siroz
In Nomine Satanis / Magna Veritas
quatrième édition
juin 2003In Nomine Satanis / Magna VeritasAsmodée Editions - Siroz
In Nomine Satanis / Magna Veritas
quatrième édition révisée
janvier 2006In Nomine Satanis / Magna VeritasAsmodée Editions - Siroz
Old School
première édition
décembre 2001In Nomine Satanis / Magna VeritasIn Studio

Cette bio a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.